Méthode Miller pour bien gérer ses mises

Calculer correctement ses mises et bien gérer sa bankroll dans le long terme


Gérer sa bankroll et calculer correctement le montant de ses mises est fondamental sur le long terme en paris sportifs.
La méthode Miller est une réponse efficace à cette question: la stratégie Miller indique très simplement à la fois quand miser ainsi le montant des mises à investir selon sa bankroll.

Principe de la méthode Miller

La méthode Miller, ou stratégie Miller de pari, a été inventé par de John R. Miller, célèbre parieur américain et auteur de professional gambler.
Cette stratégie est double: elle comprend deux parties, quand miser ? et combien miser ?

Sur quels événements miser ?

Tout d'abord, avec le système Miller on se focalise exclusivement sur des événements avec des cotes un peu inférieures à 2: des cotes comprises entre 1,8 et 1,9. On s'intéresse donc à des cotes proches de 2. Ces événements ont donc une probablité réelle proche de 50/50, ou une chance sur deux. En fait, en se rappelant bien que la cote pour le parieur a été réellement diminuée par le bookmaker afin d'y prélever sa marge, un événement avec une cote de 1,9 est un événement avec une cote réelle de 2 environ.
Dans sa méthode, J.R. Miller se concentre donc uniquement sur des paris équilibrés en excluant absolument tous les autres.

Combien miser ?

La méthode Miller oblige aussi à tenir une stratégie de stacking stricte. On mise 1% de sa bankroll totale par pari, et on ne change pas ce montant de mise tant que la bankroll n'a pas varié de 25%.

Par exemple, avec une bankroll initiale de 1000 euros, les mises doivent être de 10 euros. Les mises restent plafonnées à 10 euros tant que la bankroll n'a pas varié de 25%, donc de 25%×1000 = 250 euros.
Ainsi lorsque ma bankroll atteint 1250 euros (et pas avant), le montant des mises passera à 12,50 euros.
On garde alors ce montant de 12,50 euros par mise fixe tant que la bankroll n'aura pas varié de 25%×1250 = 312,5 euros. Lorsque la bankroll aura donc atteint 1562,5 euros, le montant des mises passera à 15,62 euros.
Et ainsi de suite…

Avantages de la méthode Miller

En respectant cette stratégie de mise Miller (à la fois sur les événements avec une cote entre 1,8 et 1,9 et avec une mise de 1% de la bankroll), alors on est gagnant dès que plus de 50% des pronostiques sont corrects (Miller calcule plus précisément qu'il faut toucher 53% au moins de ses paris).
En misant sur des événements équilibrés, il faut donc juste arriver à en pronostiquer correctement plus de 1 sur 2.
C'est là qu'entrent en jeu les connaissances dans le sport, l'analyse personnelle, l'avantage du terrain, la météo, ...

Il faut donc finalement dans cette stratégie globale de mise être capable de déterminer seulement plus d'une fois sur deux ce qui fait pencher la balance d'un côté ou de l'autre.

Enfin, cette méthode globale de paris sportifs oblige à être extrêmement discipliné, et fait quasiment disparaître les risques de pertes sévères: pas de risque de banqueroute par exemple.

Inconvénients du sytème de pari Miller

Le principal inconvénient du sytème Miller est sa rigidité. Cette stratégie insiste pour l'on reste à l'écart des paris qui ont une cote pas qui n'est pas comprises entre 1,8 et 1,9.
On évite donc par exemple l'outsider juteux qui pourrait payer à 2,1 ou 2,4.

Ce système de paris oblige à être extrêmement discipliné. En apparence, c'est un avantage de la méthode Miller.
D'un autre côté, de nombreux parieurs ont du mal à s'en tenir à ce régime aussi strict qui enlève finalement beaucoup de plaisir du jeu.

Améliorer votre stratégie de paris sportifs

Le système Miller n'est qu'une des nombreuses méthodes pour parier avec succès. Plus généralement, comme pour des investissements boursiers, on peut gérer son portefeuille/sa bankroll en diversifiant ses stratégies, en utilisant de nombreuses formules et méthodes pour les paris sportifs.

Bien comprendre la méthode Miller, son fonctionnement, ses avantages et inconvénients, permet de progresser dans sa connaissance et ses pratiques.



Lire aussi: